décembre 8, 2021

Upg-gabon

Dernières nouvelles et actualités mondiales d'UPG Gabon sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Alberto Fernandez est arrivé à Rome pour assister au G20 et s’entretenir avec le FMI.

Alberto Fernandez descend de l’avion qui l’a emmené à Rome avec la Première Dame Fabiola Janes

(Envoyé spécial de Rome) Alberto Fernandez est arrivé à Rome par un après-midi calme avec du soleil et peu de vent. Vous serez accueillis à l’aéroport de Fiumicino, puis vous partirez pour l’hôtel Reina Baglioni situé en Vénétie, à quelques mètres du café Federico Fellini Immortal à Dolce Vita.

Son entourage officiel était composé de la première dame, Fabiola Janes, Président Santiago Cafiro, ministre de l’économie, Martin Guzman, ministre de l’Environnement, Juan Kapandiye, ministre de l’Agriculture, Julien Dominguez, ambassadeur aux États-Unis, Jorge Arcuvello Secrétaire en chef, Julio Vitobello, Secrétaire aux Affaires Stratégiques, Gustavo Belize, Conseillère principale, Juan Manuel Olmos, conseiller présidentiel Cécilia Nicolini, Conférencier Gabriela Cerutti, secrétaire des relations économiques internationales, Cécilia Todesca, Et sous-secrétaire à la Communication et à la Presse, Marcelo Martin.

Le président parie sur le sommet du G20 pour renforcer sa stratégie de négociation avec le FMI, l’Argentine est mêlée à des divergences d’objectifs économiques et financiers avec le système multilatéral qui régit Cristalina Georgieva.

La discussion du G20 commence demain au centre de congrès La Nuvola dans la banlieue de la capitale italienne. Dans ce centre de conférence, le chef de l’Etat tiendra ses réunions bilatérales, principalement pour discuter de la position du pays face aux exigences du Fonds monétaire international.

Au contraire, Alberto Fernandez reçoit la Géorgie à l’ambassade d’Argentine à Rome. La réunion est prévue samedi midi, et l’intention du président est d’informer le directeur exécutif qu’il veut honorer le prêt de 44 milliards de dollars que Mauricio Macri a accepté, mais ne précise pas de plan d’ajustement financier traditionnel.

Alberto Fernandez a resserré sa rhétorique électorale sur la négociation de la dette avec le Fonds monétaire international (FMI) et considère que la confidentialité du pouvoir est nécessaire pour parvenir à un accord sur l’extension des installations d’ici 2022 pour éviter le défaut de paiement.

Ce n’est un secret pour personne que les réserves de la banque centrale ne suffisent pas à payer les 18 000 millions de dollars d’échéance de capital du prêt stand-by signé par Mauricio Macri, qui expire en 2022.

Accueil officiel du gouvernement italien à la base de l'avion argentin
Accueil officiel par le gouvernement italien à la base de l’avion argentin

Le président Frente de Todos détient le vote avec sa corne rétro contre la finance, mais en même temps conçoit des alternatives financières pour éviter des conséquences dystopiques.

READ  Avertissement mondial : la nouvelle variante de Govit-19 est B.1.1.529 résistante à tous les vaccins

Martin Guzman, Gustavo Belize Oui JOrge d’Arcuvello, La star du sprint tranquille pour obtenir le G20 à Rome, de son poste d’entreprise, suggère quelques mesures financières sans précédent pour le FMI, qui pourraient profiter à l’Argentine et à d’autres pays à revenu intermédiaire.

Le ministre, le secrétaire et l’ambassadeur se conforment strictement aux instructions du président, et l’objectif stratégique est de s’assurer que la déclaration finale du G20 à Rome réduise les charges supplémentaires du FMI et institue un « anti-fonds » pour renforcer le trésor public. Pays touchés par la crise financière actuelle.

Cependant, les prétentions géopolitiques d’Alberto Fernandez se heurtent à trois obstacles difficiles à résoudre :

1. Le système international est naturel Anarchique, Et par Par conséquent, une organisation multilatérale ne peut pas exercer son pouvoir sur une autre organisation et encore moins sur un pays particulier qui maintient sa propre souveraineté.

2. Le FMI a déjà rejeté un plan de l’Argentine visant à réduire les tarifs supplémentaires, qui ne sera pas automatiquement décidé par le conseil d’administration s’il accepte finalement la proposition du président du G20 à Rome.

3. L’« anti-fonds » est une proposition approuvée par le FMI, mais l’origine de son financement et la manière dont il distribuera ses futurs impôts sur la dette aux États dans le besoin ne sont pas encore connus.

Il entretient des relations bilatérales avec le président Vladimir Poutine (Russie), Angela Merkel (Allemagne), l’Inde, Emmanuel Macron (France), Pedro Sanchez (Espagne), Justin Trudeau (Canada) et Ursula van der Leyen (Union européenne). A l’exception de Poutine, qui est à Moscou, tout le monde sera au centre de la Convention de La Nuvola.

Alberto Fernandez mettra en œuvre des agendas différents avec chacun de ses collègues, mais dans tous les cas il y aura une coïncidence évidente : il a besoin d’un consensus majoritaire au conseil d’administration du FMI pour faire en sorte que la réduction des frais supplémentaires et la création d’un fonds de récession soient converties. Événements et économie.

READ  British Airways reprendra ses vols entre Buenos Aires et Londres en décembre

Le chef de l’État est en admiration devant les discours politiques de Joseph Biden liés à l’économie américaine, au libre-échange et au rôle étouffant de Wall Street. Biden a un fond keynésien et rejette la multiplication des profits réalisés par la petite transpiration et la spéculation.

Alberto Fernandez a développé une admiration pour Biden et voulait s’engager dans une relation bilatérale à Rome. Mais le président américain est conscient que les pourparlers avec le FMI sont au point mort et ne veut pas envoyer de signaux contradictoires.

Des discours critiques du président et de son ministre Guzman sur les finances ont alerté les services du FMI et le groupe, et dans ce contexte, Fidel n’a pas semblé reconnaître la position de Washington avec sa photo officielle.

Le refus de tenir une réunion d’entreprise avec Alberto Fernandez n’a pas indiqué un déclin des relations avec la Maison Blanche. De ce point de vue, il n’est pas surprenant que le G20 Media Center ait diffusé des photos du président en conversation avec son collègue des États-Unis.

Mais cette intimité diplomatique ne hâte pas la baisse des surtaxes et la création d’un crédit d’impôt financé par le « Fonds de Reliance ». Malgré les exigences des pays pauvres et à revenu intermédiaire, ce sont des décisions importantes qui prendront beaucoup de temps.

Si les États-Unis attendent, l’Allemagne et le Japon attendront. Le FMI a l’habitude de payer un supplément à la bureaucratie et le fonds de récession attend toujours son système de distribution via des prêts bonifiés imposés pour ses finances et ses infrastructures avec un consensus mondial.

La prise de décision est une question qui inquiète Alberto Fernandez. Malgré ses discours de palais, le président n’a aucune intention par défaut. Une hypothèse de travail incontestée à l’Institut Patria y la Campora.

L’équation du temps du président s’explique facilement : mars 2022 est arrivé à maturité et la banque centrale ne pourra pas faire face au manque de réserves. Le fonds a le droit de demander son prêt et l’Argentine doit choisir entre accepter le plan d’ajustement requis à DC ou faire défaut.

READ  Greta Dunberg, avec un agenda parallèle à la COP26 : une militante écologiste participe aux luttes contre le changement climatique

De cette logique binaire apparemment insoluble, le chef de l’Etat proposera une troisième voie lorsqu’il rencontrera Crystalina Georgieva demain à l’ambassade d’Argentine. Alberto Fernandez, directeur général, devrait soutenir le rapport officiel du G20 avec ses plans – aides à l’aviation et fonds de récession – puis agir en conséquence.

La Géorgie est susceptible d’approuver la création d’un fonds de récession, mais ne se prononcera pas en faveur de la réduction des frais supplémentaires. Les États-Unis, l’Allemagne et le Japon ont exclu cette possibilité, et la Géorgie – en raison de son affaire avec la Chine – a peu d’espace politique pour agir comme un free ride.

Le problème, cependant, ne réside pas seulement dans les instruments financiers recommandés par le G20, mais aussi dans la volonté politique du FMI d’accepter les recommandations visant à atténuer les conséquences économiques et financières de l’épidémie.

Le problème vient de l’absence d’un plan de remboursement de la dette que la Géorgie, le personnel et le conseil d’administration du Fonds monétaire international considèrent comme stable. Alberto Fernandez et Guzman jurent que le plan a déjà été livré et qu’il permettra de refinancer les 44.000 millions de dollars Macri signés avec Donald Trump et Christine Lagarde.

La bureaucratie, qui passe ses journées à Washington, confirme qu’il n’y a pas de plan dans les termes formels et que le travail informel avec des obligations fondamentales ne justifie pas la notion du Conseil du FMI de la nécessité de la durabilité.

Ainsi, les objectifs diplomatiques d’Alberto Fernandez peuvent être atteints au G20, mais ils seront de peu d’utilité s’ils ne sont pas mis en œuvre au FMI. L’Argentine devrait payer 18 000 millions de dollars d’ici 2022, et rien n’indique qu’il y aura un accord avec le FMI dans les prochains mois.

j’ai continué à lire