décembre 8, 2021

Upg-gabon

Dernières nouvelles et actualités mondiales d'UPG Gabon sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Boris Johnson fait face à la pire guerre : l’effondrement possible du Brexit | L’accord très faible signé par le Royaume-Uni avec l’Union européenne en 2019 est ébranlé

De Londres

Avec une nouvelle crise du virus corona sur le dos (plus de 33 000 cas et environ 270 décès par jour), le National Health Service est sur le point de déborder Propagation internationale Et l’hiver, avec des accusations flagrantes la corruption Un député conservateur de son gouvernement l’a poussé la semaine dernière à démissionner, Boris Johnson A l’issue du sommet sur le climat, il affronte les pires guerres : la possible rupture du Brexit, l’accord de partition le plus faible signé avec l’UE en 2019.

L’impact économique de cet écart affectera l’UE, mais il sera également catastrophique pour le Royaume-Uni. Selon l’Office of Budget Accountability, un organisme gouvernemental autonome, le Royaume-Uni perdra 4% de son PIB en raison du Brexit, soit plus du double de l’impact économique du gouvernement. Au cours des six premiers mois de cette année, les exportations britanniques vers le continent, principal partenaire commercial mondial, ont chuté de 40,7%, tandis que les importations ont chuté de 28,8%. Ces pertes se sont produites avec l’accord en vigueur : dans une guerre commerciale, l’issue serait inévitablement bien pire. Et la rhétorique des négociations est enflammée, d’autant plus que Les Britanniques ont connu une sorte de guerre froide avec deux membres clés du camp européen en France et en République d’Irlande.

Avec la France Est le déclencheur de rivalités ancestrales et de méfiance Faire de la pêche. « Soit le Royaume-Uni respecte ce qui a été signé, soit nous prendrons des mesures », a prévenu Macron, ajoutant que le gouvernement ferait face à des élections dans cinq mois. La France est déjà active. Depuis le début de l’année, sa frontière avec le Royaume-Uni est un sacré retard bureaucratique, Inévitable en raison du Brexit mais trop lourd et trop compliqué en raison de l’accumulation des différences bilatérales et rhétoriques. Au-delà de qui ou comment tout a commencé, la guerre est déclenchée. La présidente britannique Lis Truss a récemment averti que la France devrait mettre fin à de telles pratiques ou « y répondre en utilisant les termes de l’accord ».

READ  Jair Bolzano sera réprimandé pénalement pour son administration pendant les épidémies | La présentation sera faite par la Commission sénatoriale qui l'a enquêté.

L’un de ces mécanismes est l’article 16 du code de conduite pour l’Irlande, qui traite de questions épineuses, notamment en tant que section spéciale de l’accord sur le Brexit. L’article 16 permet de prendre des mesures spéciales pour neutraliser des aspects de l’Accord s’ils le jugent applicable « aux questions économiques, sociales ou environnementales et à la diversification des activités ». Mais sa vocation n’est pas sans risque, elle n’est pas « sans risque ». Le Premier ministre de la République d’Irlande, Taoiasech (chef) Michel Martin, a prévenu le gouvernement de Boris Johnson que si le Royaume-Uni utilise l’article 16 pour éviter un protocole signé sur l’Irlande du Nord, « l’accord sur le Brexit est tout à fait possible. Suspendu ou tombant. . »

Nouveau Brexit ?

Sur le plan économique, l’Irlande du Nord est toujours régie par les règles économiques de l’UE, qui établissent une frontière subtile mais infranchissable avec d’autres parties du Royaume-Uni : les produits britanniques doivent passer des contrôles douaniers pour entrer en Irlande du Nord. Là, il s’étend à d’autres parties de la République et de l’UE.

Le but de ce protocole était d’empêcher l’établissement d’une frontière terrestre avec des niveaux de sécurité entre le Nord et la République, dont l’une était interdite dans le traité de paix de 1998 et de mettre fin à des décennies de conflit avec plus de 3 000 morts. Sans protocole, il faudrait retourner à la frontière terrestre pour contrôler les produits en circulation entre la République et l’Irlande du Nord. Alors que le Royaume-Uni cesse de bénéficier du statut spécial accordé par le Brexit pour le commerce bilatéral, le véritable massacre économique pour les Britanniques, qui commercent avec l’UE en tant que pays tiers, imposera des taxes plus élevées sur presque tous les biens, près de la moitié de leurs produits en provenance d’Europe. .

Mais en plus de l’économie, les accords de paix de 1998 ont mis fin à des décennies de conflit, qui ont fait plus de 3 000 morts. De manière insatisfaisante, deux bus ont été incendiés près de Belfast ces dernières semaines et il y a eu des affrontements et des blessés. Les protestants du Nord sentent que la Grande-Bretagne est prête à les trahir et à les laisser entre les mains des Européens. L’histoire raconte. Lors de la guerre civile du début du siècle dernier, qui s’est terminée par le partage de l’île, les protestants du Nord se doutaient qu’ils étaient prêts à laisser tomber la couronne de leur propre destin.

READ  Ce pays se prépare à disparaître à cause du changement climatique | Chroniques

Que ferait un homme au chapeau jaune ?

A l’issue du sommet sur le climat, Boris Johnson rate une occasion en or de détourner l’opinion publique Il s’agit de problèmes internes (Gouvernement, corruption, économie) et externes (Brexit et UE). Qu’est ce qu’il va faire? Comme toujours, Johnson estime que la meilleure défense est de détourner l’opinion publique de la ligne de front (l’Argentine est le pays le plus opprimé de ce tableau) en attaquant des cibles étrangères, européennes, russes ou arabes.

Les représentants des deux partis ont repris vendredi des pourparlers de trois semaines et le gouvernement a menacé d’informer son envoyé européen, Maros Shefkov, de la mise en œuvre de l’article 16 à la demande de l’envoyé britannique David Frost, Johnson et de larges pans du parti. L’UE a prévenu que la réponse serait très difficile, mais les meilleures cartes en main sont : Suspendre l’accord sur le Brexit.

Dans le cadre des règles du Brexit, il existe une opportunité pour cette situation délicate qui ouvre la possibilité de négociations : l’UE doit payer 12 mois à l’avance pour mettre en œuvre la suspension de l’accord. Mais à long terme son impact est visible, et entre autres, il renverse toute la planification des entreprises, le fonctionnement du marché du travail et les chaînes de valeur. Expulsion de camionneurs européens Le fret aller-retour entre le continent et l’île retarde la livraison des denrées périssables, mais les composants industriels, caractéristiques de la production mondialisée de ce siècle, retardent le processus de « livraison à temps ». Tous les secteurs de l’économie sont touchés. Shane Brennan, président de la Cold Chain Federation, a déclaré que si la détérioration actuelle des relations s’aggravait, elle sacrifierait l’ensemble de l’industrie « avec une interdiction virtuelle des exportations de produits alimentaires britanniques ».

READ  Le régime chinois a tenté d'interdire une exposition d'art en Italie

Les gens le ressentent aussi. Les retards depuis la mise en œuvre du Brexit au début de l’année ont affecté les livraisons : d’abord lentement, puis à des vitesses croissantes.. Au milieu de l’année, des étagères vides ont commencé à apparaître dans les supermarchés Affiches contradictoires du public disant « Vous n’êtes pas au Venezuela ou à Cuba : vous êtes au Royaume-Uni ». Cela se produit non seulement dans l’entrepôt du quartier, mais aussi dans les grandes chaînes. Le spectacle ne se limite pas à la capitale. Cela se passe dans le nord du pays, au Pays de Galles, en Irlande du Nord.

En comparaison, la question de la pêche a éclaté politiquement mais est économiquement négligeable. Si le Brexit avait auparavant autorisé les pêcheurs français pour leur activité au cours des années précédentes, il leur aurait permis de pêcher entre 6 et 12 milles au large de leurs côtes jusqu’en 2026. Le désaccord est de savoir quels documents doivent être soumis pour prouver cette affirmation : ce désaccord s’est transformé en une guerre rhétorique entre les parties, qui n’est pas facile à résoudre car le Brexit est le cheval de bataille de Johnson, et Macron risque d’être réélu au référendum. (aujourd’hui est l’année du travail).

Tout cela se terminera-t-il par une guerre diplomatique et commerciale avant Noël ? Depuis les salutations du Nouvel An entre voisins tout au long de la vie, beaucoup de choses se sont passées. Rien ne peut être exclu. La rupture du Brexit semble plus irréparable que jamais.