décembre 8, 2021

Upg-gabon

Dernières nouvelles et actualités mondiales d'UPG Gabon sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Lucas Diaz aspire et un poste dur : « Il ne reviendra jamais à la haute performance »

Dans un post détaillé, Lucas Diaz a annoncé qu’il allait devoir subir une intervention chirurgicale qui pourrait mettre sa vie en danger, à la suite de la formation exigeante, il a cassé sa prothèse en titane.

Version complète : « Je voudrais poster sur ma situation personnelle. Beaucoup ne seront peut-être pas intéressés, mais laissez-moi vous dire qui je suis. J’aime le dire parce qu’ils me voient toujours au gymnase, en kayak, recevoir des prix, des reconnaissances… tout le monde regarde la pièce, ils regardent les scènes, mais personne ne regarde dans les coulisses, c’est logique.

J’ai cassé ma prothèse en titane lors d’un entraînement en République tchèque en 2015 et à partir de là, elle s’est de plus en plus cassée. Pour mon amour du pays et de la couleur, j’ai continué à concourir… Il était temps de consulter mon neurochirurgien, qui m’a offert des possibilités : une excellente chirurgie de la colonne vertébrale avec encore plus de risques pour la vie. Il m’a également dit qu’après cette opération, il ne pourrait plus participer à des matchs de haute performance. Ma tête explose parce que je veux continuer encore un peu et je vais faire cet effort qui est contrôlé par de nombreux facteurs car ce n’est pas seulement douloureux, les organes vitaux peuvent aussi être compromis. Je décide de procéder et décide de le faire de manière contrôlée. Je l’ai toujours fait seul sans aucune autre aide de ma famille, mon ami au gymnase et au club.

Je sais que ça ennuie les gens, mais c’est aussi un fait qui n’arrive qu’à moi… mais ça amène beaucoup de choses, des troubles anxieux, de la panique, de la peur (je n’aime personne)… des questions sans réponses que vous posez… tête contre toi Commence à jouer.

Le respect et les nombreuses reconnaissances en tant qu’ambassadeur, en tant que marqueur, en tant que qualificatif citoyen créent de plus en plus de pression. Chaque fois que je m’isolais des gens, chaque fois que je devenais si calme, quand quelque chose me faisait mal, je regardais de l’autre côté, tu continues. Traverser tout cela est vraiment moche. Aujourd’hui, la douleur est si intense qu’elle ne me fait pas sortir du lit et me fait mal d’une manière que certains comprennent. Mon médecin m’a dit hier que je pouvais le supporter à cause de ma condition physique et de ma tête… mais plusieurs fois j’ai peur de le perdre. Je dis tout cela parce que je ne suis pas seul, n’ayez pas peur de demander de l’aide, ne soyez pas seul… Quelqu’un vous écoutera et acceptera de venir avec vous parce qu’il le souhaite. N’oubliez pas que même à l’automne, comme beaucoup appellent les « surhumains » qui sont bons, ceux qui nous qualifient de « fumeurs » ou ceux qui croient qu’accepter le handicap est la seule récompense pour accepter le handicap « En tout cas… Merci pour ces minutes… Bonne vie, combat la lumière pour tous. » Si vous n’avez personne à qui parler, n’oubliez pas que je suis là pour vous écouter et vous accompagner autant que je peux.”.

READ  Commentaire de Jair Bolzano sur une autre crise grave au Brésil