décembre 8, 2021

Upg-gabon

Dernières nouvelles et actualités mondiales d'UPG Gabon sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Pologne : des milliers de personnes descendent dans la rue après la mort d’une femme qui a refusé d’avorter après une fausse couche.

Manifestations en Pologne après le décès d’une femme enceinte qui s’est vu refuser un avortement (EFE/EPA/LESZEK SZYMANSKI POLAND OUT)

Des milliers de personnes ont manifesté dans toute la Pologne ce samedi contre la loi anti-avortement du pays., Après la mort d’une femme enceinte, selon sa famille, peut avoir été sauvé par cette procédure.

A Varsovie, la marche a commencé en avant Cour constitutionnelle, avec son arrêt L’avortement est illégal dans tous les cas d’ici 2020 pratique, Rendez-vous plus tard au ministère de la Santé.

Les manifestants, qui se comptaient déjà par milliers au début de la manifestation, peuvent être vus sur des photos aériennes, Ils portaient des banderoles avec des slogans tels que « peut-être en vie », « les droits des femmes, les droits de l’homme » et des photos des morts.

Manifestations en Pologne après la mort d'Isabella, une femme de 30 ans qui s'est vu refuser un avortement
Manifestations en Pologne après la mort d’Isabella, une femme de 30 ans qui s’est vu refuser un avortement

Ce fut l’impulsion d’une nouvelle vague de lutte contre la loi sur l’avortement La mort d’une femme de 30 ans n’a été identifiée dans les médias comme étant Isabella que le 22 septembre, mais a été révélée par sa famille il y a une semaine.

« Les médecins attendaient la mort du fœtus. Le fœtus est mort et la patiente est décédée. Choc septique « L’avocate de la famille Jolanda Putsovska a écrit dans un tweet. Selon elle, c’était Isabella Première victime de l’arrêt de la Cour constitutionnelle d’octobre 2020, Entré en vigueur fin janvier.

La femme a été admise à l’hôpital de Pszczyna enceinte de 22 semaines (Dans le sud de la Pologne), où les médecins régnaient Le fœtus n’a pas pu survivre en raison d’anomalies graves et de la perte de tout le liquide amniotique.

Bougies à la mémoire d'Isabella, 30 ans, décédée à la suite de la loi anti-avortement restreinte du pays en vigueur à partir de 2020 (via Jakub Orzechowski / Agencja Wyborcza.pl REUTERS)
Bougies à la mémoire d’Isabella, 30 ans, décédée des suites de la loi anti-avortement en vigueur dans le pays à partir de 2020 (via Jakub Orzechowski / Agencja Wyborcza.pl REUTERS)

Néanmoins, selon l’avocat de la famille, a refusé de pratiquer l’avortement alors que le cœur du fœtus battait encore, ce qui a causé la mort de la femme par choc septique. Supprimé par césarienne en peu de temps.

READ  Joe Biden a promis que si la Chine attaque Taïwan, les États-Unis prendront sa défense

De nombreuses personnes ont assisté à la manifestation à Varsovie Le maire de la capitale est Rafal Trasakovsky Et leader du Parti de la plate-forme civique d’opposition et ancien président du Conseil de l’Europe, Donald Dusk.

« Un médecin qui veut sauver la vie d’une femme doit se demander si M. Geopro va l’emprisonner. »Tusk avait averti vendredi le ministre de la Justice du Parti conservateur de la loi et de la justice (PIS) dans un appel à davantage de personnes pour se joindre aux manifestations.

Manifestations en Pologne après la mort d'une femme qui s'est vu refuser un avortement (REUTERS via Marcin Stepien / Agencja Wyborcza.pl)
Manifestations en Pologne après la mort d’une femme qui s’est vu refuser un avortement (REUTERS via Marcin Stepien / Agencja Wyborcza.pl)

« Je suis là pour toi La vie d’aucune femme n’est plus en danger. La loi actuelle tue les femmes »A déclaré Eva Beatrice, une citoyenne de 40 ans qui a pris une photo d’Isabella.

Selon un rapport La famille d’Isabella, les médecins de l’hôpital de Pszczyna « ont accepté l’attitude d’attente », Ils se sont associés à « la réglementation actuelle restreignant la possibilité d’avortement légal ».

« Le garçon pèse 485 grammes. Grâce à la loi sur l’avortement pour l’instant, je devrais être au lit. Et il n’y a rien qu’ils puissent faire. Ils attendront que je meure ou (…) je souffre d’une septicémie », a écrit Isabella dans un message public à sa mère.

Manifestations en Pologne contre une loi anti-avortement restreinte
Manifestations en Pologne contre une loi anti-avortement restreinte

est marié depuis dix ans Isabella est maman d’une petite fille de neuf ans.

Cependant, selon les nationalistes au pouvoir, Le décès de la jeune femme n’était pas dû à une décision de justice.

READ  Alberto Fernandez appelle le FMI à utiliser le DTS pour créer un fonds de lutte contre la pauvreté

Après la révélation de l’affaire il y a une semaine, le bureau du procureur régional de Katowice a ouvert une enquête et a découvert que Mme.Le ministère de la Santé a ordonné un audit pour savoir si l’hôpital a fait preuve de négligence.

Depuis la décision controversée de la Cour suprême entrée en vigueur plus tôt cette année, L’avortement n’est autorisé en Pologne que si l’avortement est le résultat d’un viol ou si la vie de la mère est en danger., Bien que certains groupes catholiques radicaux veulent dissiper ces hypothèses.

D’autres concentrations contre la loi sur l’avortement sont convoquées sous le slogan « Rien pour le moment », Prévu pour les dimanches et lundis.

Avec les informations de l’EFE et de l’AFP

Continuer la lecture: