décembre 8, 2021

Upg-gabon

Dernières nouvelles et actualités mondiales d'UPG Gabon sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Recep Tayyip Erdogan a ordonné aux 10 ambassadeurs, dont le représentant américain, de se déclarer « Grota non personnelle ».

Recep Tayyip Erdogan (REUTERS / Afolabi Sotunde)

Président de la Turquie, Recep Tayyip ErdoğanLes ambassadeurs de dix pays, dont les États-Unis, l’Allemagne et la France, ont demandé à l’opposition. Garde Osman Libérés, ils seront prévenus. »La personne qui ne remercie pas le plus tôt possible”.

« J’ai ordonné à notre ministre des Affaires étrangères Préparez-vous au plus vite à déclarer ces dix ambassadeurs berceau sans personnalité« Lors d’une visite dans le centre de la Turquie, le dirigeant turc a déclaré qu’il n’avait pas précisé de date.

Il y a 48 heures, il a menacé les diplomates de quitter le pays. « Je lui ai dit de se calmer et nous prendrions soin d’elle », a-t-il déclaré Nous ne pouvons pas les retenir dans notre paysErdogan l’a confirmé, selon des informations publiées ce jeudi par divers médias turcs.

Les ambassadeurs des États-Unis, d’Allemagne, du Canada, du Danemark, de Finlande, de France, de Nouvelle-Zélande, de Norvège, des Pays-Bas et de Suède ont publié lundi soir une déclaration commune.Règlement juste et immédiat de l’affaire » Osman Kawala, Un éditeur et philanthrope turc est devenu la bête noire du gouvernement. Il a été emprisonné pendant quatre ans sans jugement.

« Est-ce votre travail de donner une leçon à la Turquie ? qui es-tu?Le président turc a répondu en soulignant que la justice de son pays était « indépendante », selon les médias locaux.

Mardi, le lendemain de la publication de leur déclaration, Les ambassadeurs de ces dix pays ont été invités par le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu., Qui a considéré « InacceptableSon appel à Usman Guard.

READ  Les États-Unis ont annoncé un boycott diplomatique des Jeux olympiques d'hiver de Pékin

Les diplomates considérés comme « Le retard persistant dans sa mise en œuvre (…) jette une ombre sur la démocratie, l’état de droit et la transparence de la justice turque”.

Garde OsmanL’homme de 64 ans, figure clé de la société civile, est accusé par le régime du président Erdogan depuis 2013 de comploter pour déstabiliser la Turquie.

Le philanthrope et défenseur des droits humains turc Osman Kawala (Europe Press / Archive)
Le philanthrope et défenseur des droits humains turc Osman Kawala (Europe Press / Archive)

« Maintenir la fiction d’un complot »

En décembre 2019, La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a ordonné sa libération immédiate, en vain.

Début octobre, Un tribunal d’Istanbul a ordonné la prolongation de la détention de Kawala, un riche homme d’affaires né à Paris, affirme qu' »il n’y a pas d’éléments nouveaux pour le libérer ».

Kawala est dans le collimateur des autorités pour avoir soutenu les manifestations antigouvernementales contre Erdogan en 2013., Quand le président actuel était premier ministre. Il a ensuite été accusé de tentative de coup d’État et d’espionnage..

L’homme d’affaires qui nie toujours les accusations portées contre lui, A été condamné à la réclusion à perpétuité. Il doit de nouveau comparaître devant le tribunal le 26 novembre.

Dans une interview AFP, Osman Kawala considérait la semaine dernière, avec son arrestation, le régime de Recep Tayyip Erdogan son « Théories du complot”.

« Pour moi, la vraie raison pour laquelle je suis détenu depuis si longtemps est la nécessité pour le gouvernement d’entretenir le mythe d’un complot.« Il a annoncé par l’intermédiaire de son avocat, depuis sa cellule.

« J’ai été accusé d’avoir participé à un complot organisé par des puissances étrangères. Me libérer affaiblirait ce mythe, dont le gouvernement ne veut certainement pas« , Il expliqua.

READ  Une étude a trouvé des preuves que les natifs du Fujian se sont rendus aux îles Falkland bien avant l'arrivée des Européens.

Le Conseil de l’Europe, dont la Turquie est membre, En septembre, le gouvernement turc a menacé de sanctions dans l’affaire.

Si le juge turc ne libère pas l’homme d’affaires plus tôt, les sanctions pourraient être adoptées lors du prochain conseil du 30 novembre au 2 décembre.

(Avec informations de l’AFP)

Lire: